Tony Gouarch dessin de presse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

tableau

Fil des billets

mercredi, mars 24 2010

seau d'eau non lubrique

le_seau_d_eau.jpg

Oui oui je sais, le titre est un peu limite mais je n'ai pas résisté à faire ce joli jeu de mot pour vous présenter le dernier tableau de ma série Rigol art. Le titre a une connotation coquine mais le tableau l'est tout autant, il n'y a rien de gratuit (d'ailleurs pour les tarifs de mes œuvres contactez moi). Comme sus cité, c'est le dernier tableau de la série mais ce fut aussi le premier réalisé, il y a maintenant 2 ans. Il se nomme "La belle et le sot" (Tableau sur toile. Acrylique. 45x54). C'est un pastiche d'un tableau de Fragonard, "Le verrou" (1778).

Mais de quoi parle ce tableau ? A première vue on ne remarque que 2 amants dans une chambre, une jeune femme dans les bras d'un jeune homme qui ferme le verrou de la pièce. Le lit sur la gauche nous indique où va se finir ce prélude. A première vue rien de scandaleux, à première vue oui, mais en analysant d'un peu plus près et en se renseignant sur les motivations du peintre, on découvre tout autre chose de bien plus salace. Le lit par exemple est une énorme métaphore sexuelle : coussins en forme de seins, drapé rouge en forme de sexe féminin sur la droite et masculin sur la gauche. Une subtile observation de l'angle du lit peut nous faire penser à un genou ouvert. Bref on est à la limite du mauvais goût.

le-verrou_fragonard-1-2.1181483399_1_.jpg

Mais ce n'est pas tout, on peut se dire, "oui bon bah c'est deux amoureux qui vont faire l'amour, rien de choquant dans cette histoire !!! C'est l'époque du romantisme quoi !!!" Ahahah oui mais non, c'est bien plus lubrique que ça. Par d'autre symbole on peut décrypter le prémisse d'un viol ou du moins une liaison pas forcement voulue : le vase caché symbole de la femme, par rapport à la pomme en lumière; ainsi que le bouquet de rose au sol dans l'angle droit, autre symbole féminin de la virginité, et le bazar général de la pièce qui dévoile une certaine lutte préalable. Bref pour résumer, c'est une jeune femme qui va prendre cher et sévère !!!

Alors moi jeune artiste ténébreux, prêt à sauver la veuve et l'orphelin du haut de mon chevalet blanc, je venge cette pauvre jeune fille de ce goujat en culotte courte. J'ai repris "l'olympia" de Ingres pour lui affubler un seau d'eau sur la tête, blague potache et néanmoins humiliante. Son honneur est rétabli. Merci Tonylotte !!!!

dimanche, janvier 10 2010

La fête de la saint Sylvestre

joueurs de cartes

Ca fait un petit bout de temps que je ne vous ai présenté un de mes tableaux de la série Rigol'art. Vos maux de tête du jour de l'an se sont évanouis, vous voilà plus aptes à découvrir mon détournement du jour. Dans la grande famille des héros de la peinture, je voudrais Paul Cézanne... Notre sudiste national, est un peintre du XIX ème d'abord affilié aux impressionnistes avec ses compères Monet, Pissarro et les autres, il s'en détacha assez rapidement. Cézanne a son style, ses tableaux sont pour la plupart des natures mortes et des paysages ; il peint moult fois les collines de son enfance (la colline Sainte-Victoire). On reconnait son style par ses couleurs chaudes comme la garigue, des brins, des ocres. Celui qui nous intéresse, enfin surtout moi, c'est celui des joueurs de cartes (1890). Courez vite au musée d'Orsay, ce tableau est magique.

joueurs-carte-cezanne_1_.jpg

Il réalisa plusieurs œuvres sur le sujet, mais c'est ce dernier le plus connu, et le plus beau à mon goût. On y voit deux bonhommes de profil en plan rapproché jouant aux cartes ( d'où le nom du tableau ), absorbés par leur activité, plus rien n'existe autour d'eux, la tension est palpable...(Putaing...je lui fends le coeûûûr ou bieng ???) On devine qu'ils sont dans un bistro, mais ça rigole pas mais alors pas du tout ( OOOoooh putaing... il me fait une belote et rebelote...putaing cong...et dix de der !!!). Bref j'ai tout simplement imaginé ces deux collègues en train de jouer dans un bistro mais le jour de la saint Sylvestre. La fête est totale autour d'eux, on peut aussi imaginer des mecs complètement bourrés à coté, la musique à fond, les cotillons, le bazard quoi !!! Mais eux, imperturbables, peu importe le contexte ambiant, ILS JOUENT AUX CARTES !!! Et sous la Loire, on rigole pas avec ça... ( Fatche!!!, l'a tous les atouts le fada... Peuchère !!!)

jeudi, décembre 3 2009

Oyez oyez, voici le roi Arthur !!!

roi Arthur

Chose promise chose due, je vous présente mon nouveau tableau. Je vous présentais les crobars pour le faire part de naissance de mon neveu dans un billets antérieur, en voici le tableau final.

Ce tableau va servir à illustrer le faire part à connotation médiévale, mais aussi à décorer la chambre de bébé... Ououououh, que c'est mignon !!!!

Ce qui est sympa avec les toiles que l'on trouve dans les boutiques de déco, ce sont leurs formes. Là, c est une toile hexagonale. J'en ai de toutes les formes, des triangulaires, des circulaires, des rectangulaires et des carrulaires... euh non, carré je veux dire. Tout ce melting forme pousse à toutes les folies picturales.

... Je viens de finir le faire part donc je le rajoute à ce billet.

faire part

Dite moi ce que vous en pensez, si ça vous intéresse, je suis à votre disposition...

vendredi, novembre 27 2009

Catho de noel

Allez louïa, allez louaïa !!! Non ce n'est pas un cri de supporters que l'on entend dans le grand cirque d'un stade de foot, mais celui d'autres supporters de la grand (mauvaise) foi chrétienne dans l'an sainte d'une église. Dans un mois, quasi pile poil, nous allons célébrer la naissance du petit Jésus. Il est donc temps de vous présenter un autre de mes tableau de la série Rigol'art la fameuse cène de Jésus et ses ( a ) potes.

N'étant pas un fervent admirateur des religions et autres magouilleurs de tout poil, il m'a été un peu difficile de faire une représentation d'une scène biblique. Mes convictions étant extrêmement ancrés du coté des laïques et de la liberté totale d'expression, peindre "le fils de dieu" c'est dénigré mes idéaux d'hérétique. M'enfin c'est quand même pour la bonne cause, faire rire. La cène, c'est bien sur le dernier repas de la bande des 13, où se cache un traite. Elle a été mainte fois représentée, la plus connue est évidemment celle de Léonard de Vinci du réfectoire du couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie à Milan. Sauf votre respect cher lecteur, sans remettre en doute de la qualité de cette œuvre, ce n'est pas "le visuel" le plus intéressant. Après moult recherche je suis tombé sur celui d'un peintre Italien du 18 ème, Tiepolo. Beaucoup moins connu que son illustre compatriote mais néanmoins talentueux.

cène de chute

"Cène de chute", peinture sur toile, acrylique. 56x45

Lire la suite...

lundi, octobre 5 2009

Un sein, des singes

Je commencerai ce billet en remerciant tout les lecteurs de mon humble blog. Les resultats de la fréquentation des blogs de la plate forme du mois de septembre sont tombé et le mien est monté à la 18 ème place. Merci merci à tous !!! Si mon CV ne m'a pas permis encore de trouver un travail, il a permis quand même de faire décoller les visites de mon blog. C'est un résultat tout à fait inattendu.

Pour vous remercier, je vous livre ma dernière création. Dans la série rigol'art, je pastichais des chefs-d’œuvre de la peinture, mais là, j'ai poussé le bouchon un peu plus loin.

rire de singe

"Le propre de l'homme ?" Acrylique sur toile. 55X38

A la vue du tableau original, on ne peut s'empêcher de sourire. Qu'est ce c est que ce tableau, nom de d'la ?! Deux femmes qui se tripotent dans une baignoire. Mais c'est n'importe quoi ça !!!

gaby-05.1266228275_1_.jpg

Gabrielle d’Estrées et de sa sœur la duchesse de Villars. 1594. D'un peintre anonyme.

La signification de ce tableau n'a rien de salace, faut dire qu'a l'époque être salace, c'était direct au buché. Merci sainte inquisition !!!! Non rien de tout ça, c'est juste une allusion à la maternité d'une des femmes, maitresse officielle d'Henry IV. La célébrité de ce tableau ne vaut que par cette scène coquasse et originale. L'auteur du tableau est inconnu, c'est pour dire. Cela fait 450 ans que tout le monde se marre à la vue de ce tableau, alors que c'était assurément pas le but premier (ni second d'ailleurs). Cette œuvre, si on peut dire, a été pastiché 1000 et 1 fois, donc je ne me voyais pas en refaire un supplémentaire.

Non, je me suis mis à la place d'un novice de la peinture qui tombe dessus, comment réagirait il? Il est dit, par je ne sais plus quel philosophe que le rire est le propre de l'homme, mais je suis persuadé que ce tableau ferait rire n'importe qui sur cette terre, même des singes. L'absurde de la scène, le décalage du sérieux des visages et du geste ostentatoire qui s'y rapporte amènent forcement la poilade.

L'art n'est jamais drôle osai je dire ??? Bah si parfois... Mais à son insu

jeudi, octobre 1 2009

La misère n'empêche pas la rigolade

"Misère, misère... c'est toujours sur les pauvres gens...que tu t'acharnes obstinément... Misère..." Commençons ce billet en chanson, une fois n'est pas coutume. Le titre peut vous faire penser à un billet morne et désabusé mais non.

Notre société va mieux, mais si mesdames zé messieurs, je l'ai lu dans le journal. Pour preuve les 400 plus grosses fortunes des Etats-Unis ont perdu 300 milliards de dollar. Si ça c'est pas une bonne nouvelle. AHAHAHAH !!! Oui je me marre du malheur de ces pauvres gens. C'est une maigre consolation, mais ne boudons pas notre plaisir, c'est assez rare pour le signaler. D'habitude c'est sur les vrais pauvres que la blagues est facile, les vrais petits, les vrais miséreux, ceux qu'on se moque pour exorciser nos propres peurs.

Actuellement les blagues fusent sur les suicides chez France Télécom, car ces gens qui étaient au fond du gouffre moralement on du remonté la pente pour pouvoir s'y jeter physiquement...dans le gouffre. Bref, c'est la misère des uns qui fait rire tous les autres, c'est une sorte de bien social en fin de compte.

Mais le pauvre a aussi de l'humour, ce n'est pas l’apanage du riche. C'est le sujet d'un de mes tableau de la série Rigol'art.

absinthe ni touche "Absinthe ni touche" acrylique sur toile 56x45 cm

Lire la suite...

samedi, septembre 12 2009

Plus de hamburger pour Mc Goliath

tony_et_ronald_copier_rvb.jpg

Et oui en ce mois de septembre 2009 nous fêtons 2 anniversaires qui ont un rapport avec nos amis d'Outre-Atlantique. Le 11, bien entendu, jour de la 3ème guerre mondial, ça fait déjà 8 ans, dite moi ça nous rajeunie pas cette histoire. 8 ans que notre ami Bush man a déclaré la croisade de sa vie, et a foutu un "sacré" boxon partout dans le monde. Il a laissé passer deux tours mais n'a toujours pas gagné la partie. Bref, je ne suis pas là pour refaire le monde, les journaux en parlent assez comme ça.

Non, je vais vous parler d'un autre anniversaire qui est passé inaperçu mais lié indirectement à tout ce foutoir mondial. Il y a 30 ans à Strasbourg, le 17 plus exactement, le symbole de la toute puissance culturelle américaine débarquait sur notre territoire de la gastronomie, je veux parler de MC Donald. 30 ans que le hamburger en plastique fait la joie de tous nos marmots incrédules. Non pas que le big mac est un rapport avec les attentats du 11 septembre, mais nos guignols enturbannés avec leurs grosses barbes pas belles ont voulu par leurs actions meurtrières casser l'hégémonie économico-politico-culturelle de l'Amérique. Soit dit en passant ils se sont bien mis le doigt dans l'œil (surtout le mollah Omar...) car ça n'a pas changé grand chose.

"Mais pourquoi il parle de tout ça lui ?" - J'y viens j'y viens !!! C'est pour vous parler d'un de mes tableau de la série rigol'art...

Lire la suite...

mardi, juillet 21 2009

Le rire est le propre de l'homme. L'artiste est il un homme ?

Allez c'est parti, un bon titre provocateur comme j'aime. J'ai déjà reçu un message de mon jeune lecteur, Sylvain, de la ville de Lautrec dans le Tarn, qui me demandait "Mai cé pour nou dire koi ton titre ? La vache ki ri, es tel un omme ?" ... Je l'aime bien ce petit, mais il a vraiment de gros problèmes en orthographe. Merci sms !!! Mon petit Sylvain, lis ce qui suit et tu auras les réponses à toutes tes interrogations du jeune pré-pubère que tu es...

Bref, fini ce préambule et passons au sujet de mon billet, mon nouveau tableau de la série Rigol'art. En cherchant mon inspiration dans un fabuleux livre que le papa noël m'a offert, je suis tombé sur "le cri" du peintre norvégien Munch.

le rire de gouarch

Le rire de Gouarch Acrylique sur toile 38x46 cm

Lire la suite...

jeudi, juin 4 2009

Les enfants aussi ont droit à leurs tableaux.

Cuberon_sur_ballon_rvb.jpg

"Ce Jankévitch a une osmose divergente entre son soi intérieur et son extrapolation transcendantale. Les couleurs de la lumière, les formes de ses sous entendus offrent à cette œuvre, toutes la puissance de son être. Et toi qu’en penses tu?"

Voici une phrase entendu lors d'une exposition d'un grand maitre de l'art contemporain. Je vous mets au défi de comprendre la signification de cette phrase. Moi perso j'ai rien compris, mais ce n’est pas grave. De toute façon je le trouvais moche son truc. L'art contemporain est fait pour les initiés et les petitfourophages, autant dire que j'ai toujours eu du mal. En plus faut avoir des clés pour ouvrir le coffre de la compréhension, et ça, ça me gave.

Lire la suite...

mercredi, avril 1 2009

Oeuvre partisanne sur la liberté d'expression.

Je profite du première Avril, fête païenne de la gaudriole, pour vous dévoiler mon dernier tableau. Et quand je dis dernier, c'est peu dire, je l'ai fini ce matin. Il est tout chaud, il sort du four de mon atelier.

Dans ma série Rigol'art sur les détournements d'œuvre picturale, j'avais pour principe de rajouter une petite blagounette au sujet du tableau, mais là j'ai légèrement enfreint ma règle.

Francisco_Goya_-_le_3_mai_1808_-_1814_1_.jpg

Goya a peint ce tableau en 1814 dans un contexte très particulier. Si vous avez lu mon billet sur le tableau de Napoléon, je n'ai pas besoin de vous rappeler le coté fleur bleu de notre illustre chef de guerre. Cette œuvre relate l'exécution de patriote espagnole après une rébellion contre les envahisseurs français (oui, les Allemands de 14/18 et 39/45 n'ont rien inventé). Ce tableau est devenu le symbole de l'indépendance et de la liberté des peuples. Il dévoile la violence faite à une population de civile par une armée déshumanisée, froide et cruelle.

Etant un adepte de toute les libertés possibles, surtout celles d'expression, j'ai retranscrits cette œuvre sur mon sentiment actuel de l'état de la liberté d'expression de nos amuseurs publics. Il flotte dans notre beau pays un sentiment de politiquement correcte (POUAAAAAH!!!!) qui commence à me rendre fou. Les attaques répétées sur nos derniers troublillons du verbe acerbe que sont Didier Porte et Stéphane guillon ( tout deux sur France inter) me font terriblement peur. Ceux sont les seuls dans les médias à se foutre de la gueule du monde, casser les tabous qui font rougir les biens pensant, taper sur les puissants et l'establissement, le tout avec talent et intelligence. Un monde où l'humour d'état serait de manger du Anne Roumanoff avec ses blagues à la TF1 et ses jeux de mots COTOREP me font froid dans le dos. On a plus le droit de sortir une blague sur une minorité quelle qu'elle soit sans s'excuser juste derrière de peur de se choper un procès pour discrimination. C'est dingue merde !!! Pardon, faut pas dire de gros mot, au cas où un enfant catholique mongolien tombe sur mon billet et soit choqué par ce mot. Bref, tout ça pour dire que mon tableau est une métaphore sur la mort des humoristes et fantaisiste de tout poil par une société policière, moutonné de bon sentiment.

la blague qui tue "La blague qui tue", 2009 acrylique sur toile, 40x30 cm

Je finirai ce billet par une phrase de Voltaire «Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous puissiez les exprimer» Je suis d'accord avec lui mais je pense qu'il aurait modéré ses propos s'il avait connu la "Roumanoff". M'enfin moi je dis ça, ça n'engage que moi...

mardi, mars 17 2009

Cassage le mythe

Dans ma série Rigol'art, il y a ce tableau que j'apprécie tout particulièrement. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai toujours été fasciné par Napoléon et toute l'époque du 1er empire. Il sera à jamais l'homme qui représentera la grandeur de notre cher patrie, celle aux mille et un fromages, la France. Bon c'est vrai, ce grand monsieur est beaucoup de chose mais surement pas un enfant de cœur. Pour l'Europe entière, il a laissé le souvenir d un dictateur qu'est venu foutre le bordel cher eux sous prétexte que c'était le bordel cher nous, et ils n'ont pas totalement tort.

Par contre, aux pays des mille et un pinards, et il est LE grand homme, LE grand militaire par excellence. Napoléon il a tout gagné, il a redoré le blason de la France par ses victoires, il mit à ses pieds toutes les couronnes d'Europe (à part ces maudits Anglais) il a reconstruit le pays, code civil et tutti quanti. Bref touche pas à mon poléon. Sauf que ce petit bonhomme n'a pas que gagné sur des champs de bataille, il a aussi triomphé sur un domaine très contemporain, la CO-MU-NI-CA-TION !!! Un maitre en la matière, chère à notre petit bonhomme actuel qui lui a tout piqué. Nos moyens de communication n'existait pas, alors comment montrer à ses gentils concitoyens comment il était fort, comment il était beau, comment il casse la gueule à tout le monde, comment il est un mec bien, comment on peut lui faire confiance... Les tableaux. C'était le média de propagande de l'époque.

- Eh les gueux !!! Regardé comment il était beau notre général quand il a zigouillé les fabricants de pyramide.

- WOUAAAAaaaaaa!!!

- Et là comment il était propre après la bataille contre le roi des mangeurs de bretzels.

- OOOOOoooh !!!

David-Napoleon_1_.jpg

A l'époque de ce tableau, il n'est pas encore Napoléon 1er mais le 1er consul Bonaparte. Et pour le devenir il a besoin de victoire. De bonne bataille, une bonne Com et le poste est à moi. " Le 1er consul franchissant les Alpes au col du Grand Saint Bernard" (J.L Davis 1800. 259x221cm. huile sur toile) est le parfait tableau de propagande. Il contribua à sa popularité et du coup, à le propulsé au plus haut niveau. Mais la réalité est tout autre. La bataille contre les Autrichiens fut plus que litigieuse et non héroïque, mais aussi, il traversa les Alpes à dos de mulet comme un vulgaires grognard (et dieu c'est qu'ils étaient vulgaires ces grognards). C'est pas très glamour et aurait fait un piètre tableau. La question est : quel aurait été le visage de ce pays aux mille et une manifestations hebdomadaires, s'il n'était pas devenu Empereur grâce à sa Com ?

République terrassée par une boule de neige

Je l'ai intitulé "La république terrassé par une boule de neige" (2008. 54x45cm. acrylique sur toile) pour donner un peu de réalité historique à cette œuvre, et un peu de fantaisie quand même. Un grognard lui lance une boule de neige pour le faire redescendre sur terre, et le remettre à sa place, sur le mulet qui se trouve en bas à droite du tableau.

Mais tout ceci est une autre histoire...

lundi, mars 9 2009

Rions un peu avec des chefs d'oeuvre de la peinture.

Parmi mes travaux, la série Rigol'Art est celle qui est le plus aboutie, le détournement de chef d'œuvre de la peinture. Le pouvoir de cet art est de diffuser l'émotion par l'image, toutes les émotions sauf le rire. On peut être subjugué par la beauté d'un tableau, ému par l'image, impressionné par la technique de l'artiste, intéressé par le sujet historique ou religieux. A la sortie d'un musée on est rempli de toute ces émotions, sauf celle d'avoir rie. Est ce que le beau est il forcement morne? Pourquoi l'artriste n'est pas drôle? ... L'humour a mauvaise presse pour les intellectuels de l'art, et c'est dommage.

Il existe quand même quelque contre exemples avec les œuvres magistrales de Magritte et Dali. En même temps l'un était Belge et l'autre fou, cela ne pouvait qu'être drôle. On peut signaler les portraits d'Arcimboldo, peintre du 16eme siècle, qui pratiquait l'art du portrait en utilisant des animaux, des légumes et tout autre chose farfelu. Vu l'ambiance drolistico-humoristique de l'époque, c'était très osé. On peut rajouter le caricaturiste subversif du 19eme, Daumier, qui est exposé au musée d'Orsay, temple de l'impressionniste. Mais ce ne sont que des dessins, ces peintures étaient moins fantaisiste. Vous comprendrez qu'il y a un vide qu'il faut combler. Je n'ai évidemment pas un égo assez grand pour me comparer à ces géants de l'art pictural, mais je me suis dis qu'avec un petit rien, il aurait pu rajouter un peu de raillerie.

Aujourd'hui, "les glaneuses" (1857 ; 83x111 cm, huile sur toile) de Jean-Francois Millet. Le sujet est grave, la misère paysanne du 19eme siècle. Déjà que la condition des paysans de l'époque était rude, mais il existait une catégorie encore plus pauvre, les glaneurs. Une caste pas très glamour que Millet à sublimer par cette œuvre magistrale. J'apprécie beaucoup l'oeuvre de cet artiste qui peingnait le monde paysans alors très peu représenter, c'était un témoignage de son temps.

millet-les_glaneuses_1_.jpg

Alors bien sur, attaquer la misère c'est pas très glorieux. Mais ce sont les choses graves et tragiques qui me font rire, grâce à un second voir troisième degré que j'affectionne. Il faut dire que Millet cherche un peu, car la position des deux paysannes de gauche pousse à la blague. Vous ne trouvez pas?...

Les glandeuses

Je l'ai nommé "les glandeuses" ( 2008 ; 46x38, acrylic sur toile). C'est le 2 eme tableau de la série que j'ai réalisé. Je nage dans l'absurde, et j'imagine qu'une scène comme celle ci est inimaginable à l'époque. Le but de ma série est de prendre un tableau, garder le thème et le style de l'artiste et de rajouter une situation improbable. En d'autre terme mettre de l'humour où il n'y en a pas.